Quelques conseils d’installation et de réparation frigorifique

Réfrigérateur, chambre froide, ou climatisation, tous ont un unique rôle : maintenir une température basse pour conserver certains produits, notamment des produits agro-alimentaires ou des vaccins utilisés en laboratoire. Faudrait-il rappeler que la réparation et l’installation de ces systèmes frigorifique impliquent un minimum de savoir-faire de notre part ? Cet article est destiné pour permettre de plus amples informations.

L’installation

L’installation d’un système frigorifique dépend entièrement de l’appareil auquel on a affaire. Il n’est point nécessaire de décrire ci-dessous les techniques pour installer un réfrigérateur à usage domestique. Par contre, les chambres frigorifiques que nous voyons dans les grandes surfaces ou dans les boucheries nécessitent des techniques d’installation particulières dictées par des normes de sécurité strictes. Par exemple, l’évaporateur doit être placé sur une surface dégagée de tous encombrements pour faciliter le rejet des gaz chauds. Bons bricoleurs ou pas, il est vivement recommandé de faire appel à des spécialistes si l’installation s’effectue à grande échelle.

La réparation

Un système frigorifique fonctionne selon le selon le principe de la thermodynamique. Laissons les connaissances en physique entre les mains des spécialistes et focalisons-nous sur les éventuelles petites pannes que nous pouvons nous-mêmes détecter et réparer (ou faire réparer par des pros). Néanmoins, une bonne compréhension de l’origine de la panne peut nous inciter à effectuer la réparation nous-mêmes lors de la prochaine panne. Pour un système frigorifique, trois sortes de pannes sont probables : le problème d’agrégat (l’appareil ne produit plus de froid alors que son compresseur ne cesse de tourner à l’intérieur de l’habitacle), le problème de chauffe (les tubes arrières de l’appareil sont froids, voire congelés alors qu’ils devraient se chauffer) et enfin, le problème de régulation de la température. La détection de ces types de problèmes ne vous sera plus familière, et si malgré tout, vous craignez de bricoler un appareil électronique, la meilleure décision est de faire appel à des professionnels en réparation et installation frigorifique.shutterstock_90378781-1347652866

Le transport du corps, période essentielle des obsèques

transport de corps

Dans l’organisation des obsèques, plusieurs éléments sont à prévoir comme le cercueil, le mode de funérailles ou le transport du corps du défunt. Pour ce qui est du transport du corps, en particulier, c’est un procédé qui doit suivre une règlementation distincte. En effet, la loi autorise le transport du corps seulement dans des lieux spécifiques. De ce fait, le corps ne peut être transporté qu’avant sa mise en bière pour un transfert dans son domicile ou en chambre funéraire. En plus, cela ne peut se faire qu’avec un véhicule funéraire.

Comment se passe le transport du corps ?

Il existe certaines règles en vigueur sur le transport du corps d’un mort. En premier lieu, le transport sans mise en bière doit s’effectuer dans les 24h qui suivent le décès. Dans le cas ou le défunt à déjà reçu les soins de conservation de corps, ce délai peut passer à 48h. Il y a aussi des restrictions sur la distance à parcourir. Effectivement, si le transfert excède les 600km, le cadavre doit être traité par un thanatopracteur. Il est à noter que le transport de corps doit se faire par un service de pompes funèbres. Toutefois, il existe des cas spéciaux pour le transport de corps.

Les cas particuliers

En général, le transport de corps est réalisé par les pompes funèbres. Et ce service comporte même le personnel pour le transport durant les funérailles. Or, le recours à ce personnel n’est pas obligatoire. Pour certaines coutumes, le transport du corps doit se faire par la famille du défunt. Dans ces circonstances, les pompes funèbres ne fournissent que le corbillard. Il est même possible que la famille se charge personnellement du transport global du corps. Néanmoins, pour cela, il incombe de se référer à la municipalité pour pouvoir acquérir les autorisations nécessaires.

Tout sur la puissance de l’aspirateur

balayeuse

L’aspirateur est un appareil électrique qui sert au nettoyage de la maison, autrement dit, il aspire la poussière, et toutes autres saletés. De ce fait, pour que la machine aspirer les crasses, il y a une force qui est en jeu, qui est plus communément appelé la puissance utile. Ainsi, avant de vous procurer une balayeuse, il est important de vérifier la puissance utile que la machine possède, pour définir ces capacités. Pour cela, il existe deux critères essentiels à prendre en compte : la dépression et le débit d’air.

La dépression et le débit d’air

Pour évaluer la puissance de l’aspirateur, la dépression et le débit d’air doivent être considérés. La dépression exprime la force exercée pour pouvoir soulever la poussière, du sol jusqu’à la cuve. Il faut savoir que plus elle est élevée, plus la puissance de la machine l’est aussi. Le débit d’air, lui, exprime la quantité d’air qui circule dans l’aspirateur à chaque seconde, et indique en même temps sa capacité à transporter la poussière jusqu’au bac. Toutefois, il existe un autre point primordial dans la sélection de la puissance d’une balayeuse : la vérification de l’embout. Effectivement, il incombe que ce dernier soit doté d’un bon pouvoir d’aspiration.

Le rapport de force de la puissance utile

Pour que l’aspirateur fonctionne avec une efficacité optimale, il est essentiel que le rapport de force de la puissance utile soit assez conséquent. En d’autres termes, il est obligatoire que la dépression et le débit d’air soient bien proportionnés. Dans le cas où cette puissance est trop importante, il est possible que la tête de l’aspirateur se colle au sol. Sans oublier que l’usage d’un appareil trop performant risque de s’avérer difficile, voire éprouvant. Néanmoins, sachez que dans certains cas, les constructeurs affichent directement cette puissance utile, qui s’exprime en Watt.

Astuces pour bien conserver son chapeau

shutterstock_17982994-1354395646

Quand on dit chapeau, on vient tout de suite à l’esprit l’accessoire qu’on met sur la tête pour se protéger contre le soleil, le vent et la pluie. Aujourd’hui, le chapeau devient un accessoire de séduction et de mode. Le chapeau existe en plusieurs types comme le chapeau habillé, le chapeau de cérémonie, le chapeau panama, le chapeau provençal, le chapeau stetson, le chapeau en feutre, le chapeau homme, le chapeau femme et plusieurs d’autres. Mais le choix d’un chapeau dépend de l’événement, de la saison et de son utilisation. Mais pour une durabilité d’un chapeau, il faut le conserver dans les meilleures conditions.

Comment conserver un chapeau ?

Conserver un chapeau dans une meilleure condition permet de garder son aspect d’origine, même avec des années de bonheur. On peut prolonger la durée de vie d’un chapeau par son entretien régulier et le respect des conditions de conservation. Voici quelques exemples de méthodes de conservation d’un chapeau. Afin d’éviter la déformation du chapeau, il est déconseillé de mettre un chapeau à plat sur une surface, il faut le mettre sur une boite à chapeaux. Pour empêcher le rétrécissement de la bande de confort d’un chapeau, évitez de le poser près d’un radiateur ou d’une lampe. Quant au nettoyage, ne passez jamais un chapeau en machine à laver. L’utilisation d’un linge propre humide suffit pour le nettoyage d’un chapeau de paille et une brosse souple pour un chapeau en feutre.

Les magasins spécialisés en vente de chapeau

Plusieurs magasins et boutiques se professionnalisent sur la vente des chapeaux, quel que soit le type. Ces magasins proposent à leurs clients un large choix de chapeaux, qui peut honorer tous les événements, qu’ils soient tristes ou heureux. Ces professionnels en chapeaux peuvent vous conseiller sur le type de chapeau convenable à votre besoin et à votre événement. Il ne reste que vous les contacter. Les professionnels peuvent également vous guider sur le mode de conservation d’un chapeau.

Ce qu’il faut savoir sur le débride d’un scooter

réparation scooter

De plus en plus de jeune sont intéressés par le débride du scooter. Pourtant, aujourd’hui, il est strictement interdit de circuler sur la voie publique avec ce genre d’engin, sauf dans le cas d’un scooter homologué. Cela est du au fait que la sécurité des motards est une chose qu’il est très important d’améliorer, surtout pour les jeunes. En outre, il faut savoir que débrider son scooter comporte de nombreux risques, que ce soit pour son propriétaire, ou pour son entourage. Cependant, malgré cette interdiction, certains ateliers  de réparation scooter proposent  encore de débrider, en sachant que cela est prohibé.

Les dangers du débride de scooter

Si les gens sont si passionnés par le débride, c’est parce que cette pratique permet d’optimiser la puissance de la moto. Toutefois, il est à noter que cette optimisation est quasiment inutile, pour une circulation en pleine ville. En plus, le bricolage d’un scooter conduit à une dégradation accélérée du moteur. En effet, les pièces s’usent plus facilement, et plus rapidement, en sachant que les machines actuelles sont créées pour ne supporter que la puissance étant bridée. Ainsi, avec un scooter débridé, le taux de chance d’avoir un accident, et de recourir à un atelier de réparation scooter, est très élevé.

Les règlementations sur le débride

Pour que les jeunes ne se lancent pas dans le débride, il existe des règlementations en vigueur, sur lesquelles, la loi est très stricte. En premier lieu, sachez que débrider son scooter peut entraîner jusqu’à la confiscation de la moto. Ensuite, il est à prendre en compte que les assureurs ne couvrent pas les motos débridées. Même pour un scooter homologué, il est obligatoire d’acquérir une dérogation spéciale de la commune, avant même la mise en vente, donc, bien avant la mise en circulation de la machine.

Le logiciel de broderie, pour la modernité

logiciel broderie

Pour une personne qui commence à se professionnaliser dans la broderie, ou juste une personne qui souhaite un peu de renouveau, le logiciel de broderie est indispensable. Ce genre de logiciel permet la possibilité de mettre une touche personnelle dans les motifs (dans la machine ou pris sur internet), modifier le format comme on le voudrait, ou même créer notre propre motif. Toutefois, l’utilisation de ces logiciels demande un savoir-faire précis en informatique, et au logiciel en lui-même, ne serait-ce que pour pouvoir évaluer le plus approprié au travail que vous souhaitez réaliser.

Les divers types de logiciel de broderie

Il existe trois grands types de logiciel de broderie : le logiciel de conversion/numérisation, le logiciel d’écriture et le logiciel pour redimensionner. Pour le dernier, comme son nom l’indique, il permet de changer le format du motif. Le logiciel de conversion, lui, aide à transformer en point de croix les dessins, photos, ou autres images diverses que vous avez crée ou modifié. Quant au logiciel d’écriture, il transpose les écrits en écriture-broderie. Néanmoins, il faut savoir que la sélection du logiciel broderie repose, aussi sur certaines caractéristiques distinctes.

Les critères de choix du logiciel de broderie

Avant de pouvoir  choisir le logiciel de broderie, il est important de prendre en compte certaines contraintes à ne pas négliger. Il est vrai que cette sélection se fait, avant tous, selon les besoins de chacun, mais il ne faut pas omettre que c’est une acquisition assez onéreuse. De ce fait, il incombe de vérifier celui qui est le plus en accord avec votre budget. Ensuite, assurez-vous que le logiciel choisi est compatible avec la marque de votre machine, en sachant que certains logiciels ne fonctionnent que sur certaines marques précises. Ainsi, il est mieux de demander des conseils aux professionnels pour vous assister dans cet achat.

Comment réparer une gouttière ?

shutterstock_3593646La gouttière est un type de tuyauterie de récupération des eaux de pluie. Elle est utilisée pour dévier les eaux de pluie vers les regards ou autres directions. En principe, une gouttière doit résister aux intempéries et à la corrosion. Pour une durée de vie plus importante, une gouttière doit être nettoyée et entretenue régulièrement. Quelquefois, il existe des réparations à faire.

Les vérifications avant réparation

D’une manière générale, une gouttière dure plus de 30 ans. Malgré cela, un contrôle est nécessaire afin de s’assurer sur son bon fonctionnement. Ce contrôle doit être effectué une fois par an pour éviter les mauvaises surprises au fil des années. Il consiste à vérifier l’absence des fuites sur la longueur des profilés. Il permet également de vérifier l’existence ou non d’une obstruction majeure sur la gouttière. La fixation de la gouttière doit être également vérifiée durant le contrôle.

Les techniques de réparation

Si vous avez repéré une fuite, il faut connaître la source et l’origine de la fuite. Il peut s’agir d’un assemblage séparé, d’un raccord défectueux, d’un joint défectueux ou d’une gouttière percée. Dans le cas d’un assemblage séparé, il suffit de le remboîter. Si le joint est défectueux, son remplacement est la meilleure solution. Si la gouttière est percée, il faut juste la colmater. Quand le raccord est défectueux, deux solutions sont possibles. Si le raccord est collé, son nettoyage et son dégraissage s’imposent afin de faciliter le recollage des parties séparées. S’il est soudé, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel en réparation de gouttières pour le soudage. Mais, pour la réussite de la réparation d’une gouttière, l’intervention d’un expert du domaine est inévitable. Comme il s’agit d’une intervention en hauteur, les spécialistes de la réparation gouttières  comptent sur leur professionnalisme et ses expériences, tout en respectant les règles de sécurité. Il suffit de les confier les travaux.

réparation gouttières Lanaudiere, Gouttières Rive Nord, fascia Laval

Choisir l’alimentation bio : ce qu’il faut savoir.

Conscient de ce que la nature peut nous offrir, les industries de l’alimentation se tournent de plus en plus vers la production bio. L’alimentation bio rassemble tous les produits issus d’une agriculture biologique qui n’utilise aucun produit chimique de synthèse. Ces produits sont notifiés par un label biologique sur leur emballage pour les différencier des produits ordinaires. Les produits transformés devront être constitués d’au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.shutterstock_101840011-1359061427

L’alimentation bio, pour une nourriture plus saine.

Comme on vient de l’expliquer, l’alimentation bio provient de l’agriculture biologique. Les fruits et les légumes bio ne contiennent pas d’OGM, et ne subissent aucun traitement chimique comme les pesticides ou les engrais de synthèse… De même, pour obtenir de la viande biologique, il faut un bétail élevé dans les normes (sans farines animales ni hormones de croissance). Toutes ces conditions font de l’alimentation bio une meilleure alternative à l’alimentation normale. La consommation biologique est évidemment plus saine que l’OGM, donc bénéfique à la santé. Par ailleurs, l’alimentation biologique respecte l’environnement, vu qu’elle respecte l’agriculture traditionnelle.

Quand et comment recourir à l’alimentation bio ?

L’alimentation bio est recommandée à toutes les personnes qui désirent une alimentation saine dans leur quotidien. Elle est particulièrement suggérée pour une hygiène de vie sportive et durant un régime. Vous pouvez retrouver des produits bio dans un magasin spécialisé dans l’alimentation bio. Le mieux, c’est de parcourir en avance le catalogue de produits du magasin bio, et sélectionner le produit qui lui plait. L’avantage d’acheter ses produits dans un magasin spécialisé est de bénéficier d’un service de proximité. Les produits d’alimentation bio sont regroupés dans un rayon, et sont faciles à retrouver. De plus, vous pouvez demander conseil auprès d’un commercial sur le choix de vos produits d’alimentation bio.

Un coup d’œil sur la location de salle

De temps en temps, nous avons besoin de recourir à la location de salle pour fêter un quelconque évènement. Le plus souvent, ce sont des évènements tels qu’une communion, un mariage ou une séminaire qui requiert une location de salle. Il existe plusieurs moyens de trouver des salles en location. Premièrement, il y a les agences d’évènementiels. Leur principale activité est d’organiser des évènements. Alors, elles possèdent un ensemble de réseau de professionnels œuvrant dance ce domaine. Deuxièmement, il y a les hôtels. Dans certaines résidences hôtelières, des grandes salles sont aménagées pour  recevoir toutes sortes d’évènements. En général, une salle évènementielle peut acquérir plusieurs invités, allant jusqu’à plusieurs centaines.

Louer une salle dans une résidence hôtelière

Prendre une salle de location dans un hôtelshutterstock_72221737-1358024574 offre de nombreux atouts. Tout d’abord, vous avez surement un restaurant à votre disposition qui offre un service traiteur. De ce fait, vous n’avez plus besoin de vous soucier des repas. En plus de cela, vous avez une large gamme de choix de nourritures à proposer à vos invités. Le chef du restaurant n’hésitera pas à vous concocter des menus authentiques et raffinés. Ensuite, en ce qui concerne le décor, vous pouvez choisir la décoration de votre goût.  Par exemple, si vous fêtez un mariage et que vous avez un thème particulier, tous les recoins de la salle sont décorés de cette manière. Enfin, vous pouvez disposer de tout le personnel nécessaire pour assurer le bon déroulement de l’évènement.

La salle de location du Plessis Grand Hôtel

Au cœur de la ville du Plessis-Robinson, on peut trouver un hôtel qui possède une salle de location. Il s’agit du Plessis Grand Hôtel. Etant avant tout un lieu d’hébergement, on y trouve des chambres et des suites confortables. Ainsi, après la fête que vous effectuez dans la salle de location de l’hôtel, vous pouvez prendre une chambre et vous reposer tranquillement.

Toute la passion de la construction de bâtiment

 

Construire un immeuble est une tâche qui demande la connaissance, et une maîtrise de nombreux de nombreux détails, comme le dosage du ciment pour le coulage de béton, par exemple. De ce fait, le constructeur se doit d’avoir les notions nécessaires pour pouvoir accomplir un travail de qualité, et qui respecte les normes requises. Cependant, il faut savoir que la construction batiment ne peut se réaliser convenablement qu’avec une réelle passion, venant de l’entrepreneur. En effet, avec les diverses contraintes qu’imposent l’édification, il est important que le fabricant possède assez d’ardeur sur le métier.

 

Les branches de la construction

 

Il existe différentes étapes pour la construction d’une maison. En premier lieu, il est utile de créer les fondations, qui servent de piliers de toute la bâtisse. Ensuite, viennent les gros œuvres, qui composent la création des murs, le dallage, la charpente, et autres… Après la grande maçonnerie, il faut penser à la menuiserie, la pose des portes et des fenêtres. Sans oublier d’installer les revêtements, tels que le carrelage, ou encore le parquet. Il est à noter que la plupart du temps, les entrepreneurs se spécialisent sur un domaine précis. Toutefois, il est possible de trouver une entreprise qui puisse s’occuper de toute la fabrication, c’est le cas des entreprises générales.

 

L’entrepreneur général

 

Contrairement à l’entrepreneur en construction, l’entrepreneur général est en charge de tous les aspects de la bâtisse. Par conséquent, il est primordial qu’il bénéficie de plusieurs qualités obligatoires, comme le sens du leadership. De plus, il doit savoir distinguer les aptitudes de chacun de ses ouvriers. Donc, il est de rigueur que l’entrepreneur général ait des notions en psychologie, ou au moins, des connaissances sur la nature humaine. Il faut prendre en compte que le bon déroulement de tout le chantier dépend grandement des compétences de celui-ci.

construction batiment